De l’émergence d’une conscience écologique à l’adoption d’un mode de vie davantage éco-responsable… Il n’y a qu’un pas : agir et consommer autrement. Et vous, quand passerez-vous le cap ?

La France connaît une nette accélération de la conscience écologique individuelle et collective. En parallèle, la mobilisation active pour l’environnement s’intensifie. Les initiatives concrètes en provenance des citoyens se multiplient. Les grandes causes écologiques et l’urgence climatique sont déterminantes pour demain. Il en va de la responsabilité de chacun d’évoluer vers une consommation plus saine et plus responsable. Pour la planète bien sûr, mais autant pour soi et sa tribu.

Ecologie : la sensibilité s’accélère

« Nous sommes venus ici pour vous dire que l’heure du changement est arrivée, que ça vous plaise ou non ; le vrai pouvoir appartient au peuple », professait Greta Thunberg en janvier 2019. Venue défendre la cause climatique au Forum Économique Mondial de Davos, la jeune activiste suédoise de 16 ans n’a pas mâché ses mots pour tenter de bousculer les grands acteurs économiques mondiaux. Citoyens et instances politiques peuvent et doivent agir. Dès maintenant, pour stopper le sacrifice de la planète. « Nous sommes à court d’excuses et nous sommes à court de temps », alertait Greta Thunberg.

Symbole de la préoccupation environnementale de toute une génération qui prend conscience d’un danger imminent, l’adolescente a été proposée pour le Prix Nobel de la Paix 2019 par des députés suédois. Preuve que désormais la société civile peut impacter les décisions politiques environnementales.

Si l’écosystème se fragilise de plus en plus, heureusement notre sensibilité collective à son égard progresse elle aussi. Elle permet de redéfinir les contours de notre société future. Bon nombre d’entre nous ont déjà réalisé que l’humanité dépend de Dame Nature. En atteste le succès de la « Marche du siècle » le 16 mars 2019. La manifestation aurait rassemblé près de 350 000 personnes dans 76 villes en France. Elle a servi à dénoncer l’inaction contre le changement climatique. Ainsi qu’à demander aux responsables politiques et économiques des actions plus radicales en faveur du climat.

Un bouillonnement d’initiatives boostées par le web

Les pétitions en faveur du climat

Les actions, les campagnes et les pétitions issues de mouvements citoyens foisonnent. En particulier grâce au numérique. En janvier 2019, l’alliance de quatre organisations d’intérêt général a recueilli près de 2,2 millions de signatures pour « L’Affaire du siècle ». Une action en justice contre l’État, pour le climat ! Dans l’espoir de faire reconnaître par le juge l’obligation de l’État d’agir pour limiter le réchauffement planétaire. Cette mobilisation massive autour des enjeux écologiques relève du jamais vu en France.

Autre symbole français de la recrudescence écologique : « La larme verte ». Lors de l’appel à une grève mondiale, lancé par Greta Thunberg pour sauver la planète, deux lycéennes dessinent une larme verte sur leur visage. La sonnette d’alarme est tirée. Elles partagent leurs photos sur Instagram et ouvre un compte dédié. Celui-ci remporte un franc succès auprès des jeunes venus défiler dans les rues de Nice pour manifester leur inquiétude liée au changement climatique.

Les challenges écolos sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux relayent et boostent la mobilisation citoyenne écolo. L’ampleur du « Trashtag Challenge » en est la preuve. Ce défi responsable qui invite chaque individu à ramasser les déchets près de chez soi a fait l’objet d’un succès planétaire. Plus de 200 000 tweets épinglés du mot-clé #trashtag (2). C’est ainsi qu’on a pu voir des citoyens des quatre coins du monde nettoyer un angle de rue ou un bout de plage. Par effet d’entraînement, les nombreux clichés postés avant/après encouragent un grand nombre de personnes à s’engager à travers le monde.

On arrive à faire changer les choses quand on est nombreux à pousser dans la même direction. Le web et les réseaux sociaux sont un excellent moyen d’y parvenir. Au-delà du jeu ou de la pétition, on observe la naissance d’un sentiment d’appartenance. D’abord à une même communauté : l’humanité. Ensuite, au travers d’une cause commune : préserver l’environnement.

Comment passer du constat à l’action

Vous constatez vous aussi que la vie sur la planète Terre est fragilisée ? La dégradation et la raréfaction des ressources naturelles vous chagrinent ? Votre santé et/ou celle de vos enfants vous préoccupent, ne serait-ce qu’un minimum ? Alors, l’embryon de la conscience écologique sommeille en vous ! Déjà sensible à l’environnement, la prochaine étape consiste à contribuer concrètement à sa protection. Peut-être n’êtes-vous pas encore au point de vous dire « écolo » mais il n’y a qu’un petit pas à faire… Celui du passage à l’acte, en toute simplicité et à votre échelle.

Il vous arrive encore de jeter une canette par la fenêtre de votre voiture ? Vous pouvez déjà commencer par mettre les déchets à leur place : dans une poubelle. Si comme la majorité d’entre nous vous avez déjà intégré cette notion, n’hésitez pas à aller un chouïa plus loin. Tous les sacrifices sont permis. Bonjour le véganisme drastique, bye-bye les trajets en voiture, idem pour les voyages en avion, zéro achat pendant toute une année etc. ! Ou bien vous pouvez juste continuer à vivre normalement… En adoptant quelques gestes simples au quotidien. Ce qui pourrait même inspirer vos collègues et amis, soit dit en passant.

Une idée par où commencer ? L’association WWF a lancé l’application gratuite WAG, We Act for Good. Vous y trouverez des conseils pratiques en matière d’alimentation, de transport, de zéro déchet et d’énergie. Vous saurez, entre autres, comment vous fournir en électricité verte. Mais pas que, promis.

Pensez en premier lieu à respecter le tri sélectif et à recycler autant que possible. De même que privilégier les circuits courts, prendre plus souvent les transports en commun ou le vélo. Ou encore à réduire votre consommation de viande, d’énergie et de matières plastiques ! Comme on dit, ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.

Consommer moins, consommer mieux : un acte citoyen

Un Français mobilise en moyenne 13,2 tonnes de matière par an (1) pour satisfaire sa consommation globale (possession de biens, utilisation des infrastructures etc.). Le système productiviste et consumériste à outrance est devenu insoutenable. L’obsolescence programmée nous dépossède du droit à un usage durable de nos biens. Cette contrainte de renouvellement suscite défiance et frustration chez les consommateurs. La surexploitation des ressources et l’émission de gaz polluants mettent notre santé et la biodiversité en danger.

En tant qu’humains, citoyens et consommateurs, nous avons le pouvoir d’agir. Le devoir aussi. Le changement passera forcément par nous. Notamment via les nouveaux rapports de pouvoir, articulés autour de la consommation. Nos actes d’achats quotidiens sont une forme de vote. Nous pouvons choisir de voter chaque jour pour le développement durable. De contribuer à un monde plus responsable. Un monde plus juste, à la fois pour l’humain et pour la planète. Des centaines de milliers, voire des millions de citoyens peuvent peser sur les industriels. Et donc sur l’orientation de leur offre de produits.

Le boycott reste un excellent moyen d’imposer le changement. Oui, vous êtes libre de refuser d’acheter les produits d’une marque dont vous contestez les pratiques. Quant au buycott, il vous donne l’opportunité de consommer éco-responsable. Dès lors que c’est votre choix. Ainsi, vous encouragez uniquement les entreprises qui respectent vos besoins et ceux de la planète.

Objectif zéro déchet

Pour votre gouverne, d’ici 2021 : fini les plastiques à usage unique ! L’Europe a conclu un accord inédit en vue de lutter contre la pollution environnementale liée aux déchets en plastique. En conséquence, les cotons-tiges, assiettes, pailles et couverts jetables ne seront plus en vente. Il est question de palier aux 25 millions de tonnes produites chaque année dans l’Union Européenne (UE), dont les trois quarts ne sont pas recyclées.

Il faut dire que cette nouvelle réglementation s’accorde parfaitement avec la raison d’être de LiliNappy – La Tribu Responsable. Spécialiste de la consommation responsable pour la maison et toute la famille. Effectivement, nous vous proposons une large gamme de produits lavables, réutilisables et recyclables. De façon à ce que vous utilisiez le moins de plastique et d’emballages possible. Sans compter que notre catalogue est enrichi en continu, avec des produits de qualité et respectueux de l’environnement. Avant tout écologique donc. Économique de surcroît ! Hygiène, soins, cosmétiques, équipements, vous trouverez votre bonheur écolo sur notre site.

En définitive, notons que vie de famille et consommation responsable sont indissociables. C’est pourquoi nous vous aidons à « consomm’agir » avec votre petite tribu. D’ailleurs, la conscience écologique s’éveille dès le plus jeune âge. Aujourd’hui les enfants n’hésitent pas à corriger leurs parents au moindre faux pas envers la planète ! C’est pourquoi nous dénichons sans cesse de nouveaux produits qui facilitent le changement vers de meilleures habitudes.

Lilinappy est là pour vous aider à passer le cap

Notre vocation : vous permettre de consommer durable au quotidien et vous accompagner vers l’objectif zéro déchet. En vue d’un mode de vie plus sain, plus respectueux de nous-mêmes et de notre environnement. Comme le Colibri, LiliNappy fait sa part. Et vous, votre conscience écolo vous ferait-elle du pied…? Si tel est le cas, venez vite découvrir des partages d’expériences, astuces et recettes zéro déchet sur le blog de LiliNappy !

Sources :
(1) Commissariat Général au Développement Durable, service de la donnée et des études statistiques, 2014.
(2) Outil de veille d’e-réputation Visibrain.